Tuto : comment calculer l’impôt sur la plus-value immobilière

5/5 - (25 votes)

La plus-value immobilière est la différence entre le prix de vente et le prix d’achat d’un bien immobilier. Cette plus-value est imposable à l’impôt sur le revenu (IR) et aux prélèvements sociaux (PS). Nous allons voir comment calculer cet impôt en fonction des différents cas de figure.

Qu’est-ce que la plus-value immobilière ?

Le principe de la plus-value immobilière est simple : lorsque vous cédez un bien immobilier, vous réalisez une plus-value, qui s’ajoute à votre revenu imposable.

La plus-value fait partie des revenus immobiliers imposables, comme les loyers perçus ou les indemnités d’assurance. Pour calculer la plus-value, il convient de déduire différents frais et charges sur le prix d’acquisition du bien (frais de notaire, travaux éventuels, etc.).

Le résultat obtenu correspond au prix de vente du bien. Ce chiffre est ensuite multiplié par un coefficient prenant en compte l’âge du logement et sa durée d’utilisation.

Il faut ensuite déduire certains abattements pour tenir compte des amortissements effectués depuis l’achat initial.

La plus-value brute ainsi obtenue doit être minorée des frais et charges liés à la cession (frais de notaire, droits d’enregistrement) et majorée des frais et charges liés à son acquisition (frais d’acquisition), avant le calcul de l’impôt sur le revenu.

Quels sont les facteurs qui entrent en compte dans le calcul de la plus-value immobilière ?

La plus-value immobilière est le bénéfice que l’on peut réaliser en revendant un bien immobilier.

La plus-value immobilière est souvent calculée sur la base du prix de vente moins le prix d’achat du bien. Cependant, il existe quelques règles à connaître avant de pouvoir calculer la marge de manœuvre dont vous disposez pour déterminer votre plus-value.

Il convient tout d’abord de savoir que la plus-value est définie comme étant le profit que vous réalisez après avoir revendu un bien immobilier. Ce calcul s’effectue sur la différence entre le prix de vente et le prix d’achat du bien immobilier concerné.

Lorsque vous achetez un appartement ou une maison, il se peut que ce logement soit vendu avec une moins-value par rapport au montant initial investi dans son acquisition. Dans ce cas, cette moins-value sera alors remboursée par l’acheteur lorsqu’il revendra cet appartement ou cette maison. Certains biens immobiliers sont également vendus sans aucune plus-value immobilière, car ils ne changent pas de propriétaire au cours des années qui suivent (un immeuble locatif par exemple). Ces biens n’ont donc pas besoin d’être évalués et ne génèrent pas donc pas de plus-values potentielles pour les propriétaires successifs (un studio loué non meublé par exemple).

Comment calculer la plus-value immobilière ?

La plus-value immobilière est l’augmentation de la valeur d’un bien immobilier à un moment donné par rapport au prix du bien à ce moment. Pour calculer votre plus-value, il faut en premier lieu déterminer le prix de vente final. Celui-ci varie selon divers critères : – Le type de bien : maison ou appartement – La localisation géographique – L’ancienneté du logement – Les travaux effectués sur le bien Pour déterminer la plus-value totale, il faut ensuite réaliser une différence entre le prix d’achat et le prix de revente.

Il existe une règle simple pour calculer la plus-value immobilière : Prix d’achat + frais d’acquisition (frais notariés, frais de dossier, taxe) – Prix de revente.

Le calcul peut être compliqué si les biens sont anciens et qu’ils ont été achetés avec des prêts à taux variable et indexés sur l’inflation. Dans ce cas, on peut avoir accès à des outils en ligne permettant de faire soi-même ses propres estimations. Par exemple, on peut utiliser gratuitement le simulateur proposé par MeilleursAgents qui permet d’estimer sa plus value immobilière moyenne en fonction de son profil investisseur (propriétaire bailleur) ou vendeur (propriétaire occupant).

À quel moment faut-il déclarer la plus-value immobilière ?

Lors de la vente d’un bien immobilier, une plus-value peut être réalisée.

Il s’agit d’une différence entre le prix de cession et celui d’achat du bien concerné.

La déclaration doit être faite par l’intermédiaire du formulaire n°2048-IMM-SD (cerfa n°11594*15), disponible en ligne sur le site www.impots.gouv.fr/portal/deploiement/p1/fichedescriptive_4431

Quels sont les impôts sur la plus-value immobilière ?

Lors de la vente d’un bien immobilier, il est possible de réaliser une plus-value ou une moins-value. Cette dernière peut être soit imposée au titre des revenus fonciers (lorsque l’investissement a été réalisé par un particulier), soit au titre des plus-values mobilières (lorsque l’investissement a été réalisé par une entreprise) ou encore au titre des plus-values professionnelles (lorsque l’investissement a été réalisé par un professionnel).

L’imposition sur les plus-values immobilières dépend du type de cession que vous allez effectuer : vente, échange, apport à une société civile immobilière (SCI) et donation.

Le barème de taxation applicable pour les cessions intervenues en 2019 s’applique aux plus-values résultant d’opérations dont le fait générateur intervient à compter du 1er janvier 2019. Pour rappel, ce barème prend en compte le montant total net imposable de la cession et non pas la seule fraction qui dépasse 50 000 €. Par exemple, si vous faites l’acquisition d’un logement à Paris pour 1 million d’euros et que vous le revendez à 2 millions d’euros après travaux, votre gain net sera soumis au taux suivant :

Comment réduire l’impôt sur la plus-value immobilière ?

Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier, il convient de faire le point sur votre situation fiscale.

Il est important de savoir que l’achat d’une résidence principale ou secondaire peut donner droit à des avantages fiscaux intéressants. Cependant, les plus-values réalisées lors de la vente d’un bien immobilier ne sont pas forcément exemptes de fiscalité. Quelles sont les conditions pour profiter d’une exonération ? La cession du logement doit intervenir au plus tard le 31 décembre 2016 et avoir lieu au moins 2 ans après son achat. Pour en bénéficier, il faut remplir un certain nombre de conditions : L’immeuble doit être détenu depuis plus de 15 ans ; Le prix d’acquisition doit être inférieur ou égal à 15 000 €/ m² ; Le logement acheté doit être destiné à une habitation principale et ne pas être louée ; La cession du bien immobilier doit intervenir au plus tard le 31 décembre 2016. Une exonération partielle est accordée si la condition suivante est remplie : Le prix d’acquisition du logement acheté a été majoré des frais afférents à l’opération (travaux, commissions versés aux intermédiaires. ) et diminuée des travaux réalisés sur ce logement.

La plus-value immobilière est une somme d’argent qui vous revient lors de la vente d’un bien immobilier. Cette somme est calculée en fonction du prix de vente et du temps passé pour le vendre. Pour savoir si vous êtes imposable, il faut donc déterminer le prix de vente et le temps passé pour vendre.